L’ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l’œil et de ses annexes. C’est une spécialité médico-chirurgicale. Le médecin spécialisé pratiquant l’ophtalmologie s’appelle « ophtalmologiste », ou « ophtalmologue ».

Chirurgie de la cataracte

Fotolia 31027241 XSL’intervention chirurgicale visant l’extraction de la cataracte se déroule dans un bloc opératoire stérile et à la fine pointe de la technologie. Elle se pratique sous anesthésie topique, c’est-à-dire à l’aide de gouttes ophtalmiques anesthésiantes. Aucune douleur n’est ressentie durant l’intervention qui ne dure qu’une dizaine de minutes. La technique consiste à créer une micro-incision ayant approximativement la taille d’un bout de crayon sur le côté de la cornée. C’est par cette incision que les instruments et la nouvelle lentille seront insérés. Le cristallin opacifié (cataracte) se trouve dans un sac naturel appelé capsule. Le chirurgien crée une ouverture sur le devant de la capsule pour avoir accès à la cataracte. Il brise ensuite la cataracte en plusieurs petits morceaux à l’aide d’un instrument à ultrasons et de pinces afin de pouvoir l’aspirer.

Une fois la cataracte retirée, une lentille flexible pliée dans un injecteur est insérée dans la capsule pour ainsi remplacer l’ancienne lentille naturelle de l’œil. La partie centrale d’une lentille intraoculaire mesure approximativement 6 mm et son diamètre total est de 13 mm, si l’on tient compte des petits embouts qui la supportent dans la capsule. La plupart du temps, aucun point de suture n’est nécessaire et le patient peut retourner chez lui peu de temps après l’opération. Des rendez-vous de suivi sont faits un jour, une semaine et un mois après l’intervention. Afin d’assurer la guérison optimale de chaque œil, on opère un œil à la fois de quelques semaines à un mois d’intervalle.

La chirurgie de cataracte donne la possibilité de corriger l’erreur de puissance des yeux. En d’autres mots, la puissance choisie de la lentille intraoculaire tente de corriger la vision de loin.

La chirurgie de la rétine

Le décollement de la rétine est dû à l’apparition d’une déchirure ou d’un trou par lesquels le liquide présent dans la cavité oculaire passe ce qui décolle la rétine de la paroi de l’oeil. Si le diagnostic de trou ou de déchirure est fait à un stade précoce sans décollement, un traitement par laser fait en consultation est possible. Il va souder la rétine autour de la déchirure pour éviter le décollement. Dès que la rétine se soulève de la paroi, cette soudure au laser n’est plus possible et un traitement chirurgical au bloc opératoire devient nécessaire.

Le DR, marqué par un voile noir périphérique progressant à une vitesse variable vers le centre, doit être opéré en quelques jours, soit avant que le décollement ne s’étende au centre de la rétine (la macula) soit le plus tôt possible après l’atteinte de la macula, la récupération de la vision qui se fait sur plusieurs mois étant habituellement bonne jusqu’à une semaine de soulèvement de la macula.

Pour fermer la ou les déchirures de la rétine, on peut choisir selon différents critères à juger au cas par cas entre une chirurgie dite externe ou une chirurgie interne. La chirurgie externe, la plus ancienne, consiste à aller déformer localement la paroi de l’œil (la sclère) pour la ramener au contact de la rétine décollée là où se trouve la déchirure grâce à la fixation d’un cylindre de quelques millimètres de diamètre qui sera caché sous la conjonctive (le blanc de l’œil). La chirurgie interne (vitrectomie : voir ce terme) consiste à retirer le vitré pour mettre dans l’œil une bulle de gaz qui va repousser la rétine contre la paroi. Dans les deux cas, on pratique soit du laser soit une gelure localisée de la rétine qui va provoquer une réaction de cicatrisation limitée au niveau de la déchirure : quand le gaz disparait ou si l’effet de l’indentation sclérale diminue avec le temps, la déchirure reste fermée et le DR sera guéri. Le choix de la technique applicable dépend de nombreux facteurs qui seront discutés avec le patient lors de la consultation préopératoire.

Le taux de guérison des DR est de l’ordre de 80% en une seule opération et de 95% après plusieurs opérations si la première ne suffit pas soit par apparition de nouvelles déchirures ou par réaction de la rétine qui devient trop rigide pour retourner à la paroi sans intervention supplémentaire.

Les chirurgies mineures

– ptose

Le chirurgien procède au traitement de la ptose (affaissement) de la paupière en retirant un excédent de tissu cutané, ce qui permet ainsi à la paupière plus courte de remonter. Une anesthésie locale est généralement pratiquée. Des points de suture non résorbables sont utilisés et laissés jusqu’à guérison complète. Des antibiotiques et un anti-inflammatoire topique (en onguent) sont habituellement utilisés pour favoriser la guérison

– acrochordon

Un molluscum pendulum, ou acrochordon, est une formation tumorale cutanée bénigne et fréquente, en forme de polype. Les acrochordons sont généralement petits, mous, rosés ou pigmentés. Ces lésions sont des excroissances de peau qui mesurent moins de 1 mm à plus de 1 cm (plutôt rares) que l’on trouve notamment aux grands plis, mais parfois aussi aux paupières (celles traitées en ophtalmologie). Elles proviennent d’un dérèglement de la reproduction cellulaire des glandes sébacées hypertrophiées. Lorsqu’ils causent une irritation ou qu’ils présentent des répercussions esthétiques, les acrochordons peuvent être retirés avec un scalpel sous anesthésie locale.

– chalazion

Le chalazion se définit par l’inflammation ou l’obstruction d’une ou de plusieurs glandes de Meibomius au niveau de la paupière. Il se forme une petite boule de consistance ferme située sous la peau et pouvant parfois être douloureuse. Le chalazion se forme lorsque le petit canal qui draine une glande de Meibomius se bouche. Il est important de traiter le chalazion avant qu’il durcisse. L’utilisation de la chaleur semble être la meilleure méthode pour soigner les chalazions. Pendant 15 à 20 minutes, l’application de compresses chaudes, matin et soir, permet de ramollir le contenu des glandes. Ensuite, un massage des paupières pourra permettre d’évacuer le liquide des glandes et ainsi la débloquer. Le traitement doit être fait pendant plusieurs mois afin d’être complet et efficace. Les chalazions sont souvent une condition chronique qui nécessite des soins sur une longue période. Le nettoyage quotidien des paupières et des cils à l’aide de lingettes ou d’un savon particulier fait aussi partie du traitement.

Lorsque le traitement à domicile s’avère inefficace, l’ophtalmologiste peut décider d’inciser la paupière afin d’extraire le contenu de la glande en question. Une incision est donc pratiquée dans le sens de la glande, par la paupière intérieure. Des antibiotiques topiques (en onguent) sont ensuite prescrits pour prévenir l’infection et aider à la guérison. Le traitement chronique axé sur le nettoyage des cils et des paupières, l’application, de compresses et le massage des paupières permettra de prévenir la réapparition des chalazions.

 blepharoplstie

Les types les plus fréquents de chirurgie des paupières (ou blépharoplastie) sont les cures de ptose, d’entropion ou d’ectropion.

L’entropion est une mauvaise orientation du bord libre de la paupière supérieure et (ou) inférieure. Les cils peuvent donc égratigner l’œil et causer une sensation de gêne et de l’infection. Afin de corriger l’entropion, une remise en tension permettra aux cils de la paupière de se repositionner vers l’extérieur de façon plus normale.

À l’inverse, si le bord libre de la paupière inférieure est tourné vers l’extérieur, le réservoir de larmes créé par le cul-de-sac conjonctival n’est plus assez ferme et les larmes s’écoulent sur les joues. La sécheresse oculaire peut donc être causée par cette condition. L’intervention chirurgicale visant à corriger ce trouble consiste à resserrer la paupière inférieure pour la réappliquer contre la cornée.

  • Ophtalmologues – Clinique médico-chirurgicale de Bruay

    Dr STICHELBOUT Patrick

    Dr STICHELBOUT Patrick

    Spécialité : Ophtalmologue
    03 21 62 62 88
    Dr COINT Philippe

    Dr COINT Philippe

    Spécialité : Ophtalmologue
    03 21 61 94 44

map

Clinique Médico-Chirurgicale de Bruay
200, rue d’Auvergne – 85
62404 Bruay-La-Buissière Cedex

Tel: 0 826 200 110